Enquête MIGRATION en Normandie

Annonces, animations, stages, sorties & évènements de l'association
Règles du forum
Tous les documents mis en ligne sur ce forum sont sous licence CREATIVE COMMONS BY-NC-SA.

Avant de commencer tout nouveau fil de discussion : faîtes une recherche (en haut à droite) afin de vérifier si votre message peut répondre ou s'intégrer à une discussion existante.
bch
Messages : 103
Inscription : 05 mai 2006, 00:47
Contact :

Re: Enquête MIGRATION en Normandie

Message par bch » 02 nov. 2013, 15:31

Après 23 h de guet en 5 semaines, j’en suis à 16 100 migrateurs de 43 espèces pour le bocage du coutançais. Cette progression a chuté de 34 % par rapport à la semaine passée : étourneau -20 % ; pinson des arbres -29 % ; pipit farlouse -308 % ; grive mauvis -380 % ! Concernant cette dernière espèce, ce sera quoiqu’il en soit une excellente année : +193 % par rapport à la moyenne pondérée de ces 6 dernières années ; pour le pipit et le pinson, c’est dans l’ordre des choses puisque nous en sommes à 75 % de cette même moyenne ; pour l’étourneau, nous devrions passer le pic migratoire dans la semaine. Par contre, le pigeon ramier est en retard d’une bonne semaine comme en 2011, année atypique au cours de laquelle le pic migratoire a été enregistré vers le 14/11 avec un déficit global de 50 % par rapport à une année ordinaire alors que l’écart type à la moyenne n’est que de 32 % pour cette espèce, 22 % pour le pinson, 67 % pour l’étourneau (cf. graph ci-dessous).
Variations interannuelles dans le Variations interannuelles à Coutances
Variations interannuelles dans le Variations interannuelles à Coutances
Variations_2008-2013_coutançais.jpg (20.42 Kio) Consulté 5038 fois
La prochaine opération concertée aura lieu samedi 9 novembre à partir du lever du soleil, pendant 1 h au minimum et jusqu’à la fin des hostilités pour les plus vaillants !

Merci à tous pour vos précieuses contributions quelque soit le nombre de migrateurs recensés.
Bruno

bch
Messages : 103
Inscription : 05 mai 2006, 00:47
Contact :

Re: Enquête MIGRATION en Normandie

Message par bch » 02 nov. 2013, 15:58

Monsieur le Baron aurait-il déserté son château de Flers pour le confort douillé d'une chaumière des environs ? Il est vrai que cette grande bâtisse doit être bien froide en hiver !
Pour ce qui est de l'observation de la migration : belle démonstration du principe "près de chez vous" !
Merci
Bruno

bch
Messages : 103
Inscription : 05 mai 2006, 00:47
Contact :

Re: Enquête MIGRATION en Normandie

Message par bch » 11 nov. 2013, 21:24

Pour cette 6ème semaine, j’étais plutôt posté à l’avant poste des perturbations météorologiques que sur le front de la migration ! Je disposais potentiellement de 7h cette semaine quand je n’ai été en mesure d’y consacrer que la moitié de ce temps en raison des pluies abondantes qui sont tombées sur le coutançais depuis le 3/11. Résultat, 2830 migrateurs en 3h30, soit, malgré un bilan pauvre à cette date, une moyenne horaire comparable au deux semaines précédentes car lorsque la troupe est en marche, elle doit passer, en utilisant massivement les bonnes fenêtres météo et ponctuellement en s’accommodant de la pluie et des averses. Ainsi, le 9/11, bien que la pluie soit tombée de façon incessante entre 8h et 9h, j’ai noté un score honorable de 600 pinsons / heure. De même, le 10/11, alors que le vent était orienté NNO, il est passé autant de pigeons en 75 minutes que depuis le 18/10, date à laquelle j’ai noté les premiers passages. Si cela signe le début de la migration pour cette espèce, nous sommes loin du compte puisque j’enregistre à ce jour 8 % du flux annuel moyen quand ordinairement le pic migratoire est noté au plus tard entre le 10 et le 15/11 ! Autres espèces déficitaires : le vanneau huppé et la grive litorne mais comme pour le ramier, rien n’est perdu ; l’alouette des champs dont la voie de migration cette année se situait sans doute plus à l’est puisque Christophe Rideau, en limite de la Basse et de la Haute-Normandie, la note au 2ème rang des migrateurs observés cet automne ; par ailleurs, alors que plusieurs espèces sont connues pour migrer massivement en lien avec les ressources alimentaires disponibles dans le nord de l’Europe (mésanges, bec-croisé, geai…), le tarin des aulnes présente « ordinairement » un écart type à la moyenne de seulement 2 fois supérieur au pinson des arbres (sp la plus stable) quand cette année je n’ai enregistré à cette date que 10 % du flux annuel moyen (?). Je fais donc le pari que vous en verrez assez peu cet hiver et/ou seulement en petit nombre.
L’enquête s’achève officiellement le 17/11 mais compte tenu des observations qui précèdent, vous ferez encore de belles obs la semaine suivante ! Et à tous les participants, je dis une nouvelle fois, soyons aussi nombreux que possible toute la semaine et plus encore le WE prochain !
Merci à tous pour vos contributions.
Bruno

James
Administrateur
Messages : 216
Inscription : 06 févr. 2006, 12:47
A été remercié : 1 fois
Contact :

Re: Enquête MIGRATION en Normandie

Message par James » 14 nov. 2013, 10:38

Salut, très beau passage de grives Lundi comme j'ai rarement vu (550 litornes et 1100 sp en 90 min). Les pigeons pointent enfin le bout du bec avec pour cette même journée 300 oiseaux. Mais le 13/11 en 15 min 1055 oiseaux, le front de migration n'est pas le m^me que les autres années puisque ce jour là avec un vent quasi nul de NNW ils longeaient les contreforts du Pays d'Auge donc avec plutôt un axe de migration orienté EST.
Rien que pour voir ce beau phénomène de passage, sortez le matin jetez un oeil au dessus de chez vous.
Pour le moment à Crocy city 19 000 oiseaux en 7h30 avec une diversité d'espèces très faible.
James

bch
Messages : 103
Inscription : 05 mai 2006, 00:47
Contact :

7ème semaine de migration dans le coutançais !

Message par bch » 17 nov. 2013, 18:21

Je me suis ennuyé ferme cette semaine sur ma colline durant 4:30 pour voir passer 2000 migrateurs seulement par vent faible de NO à NE…
Après 32 h de guet en 34 jours, le compteur affiche 21000 oiseaux au passage quand je devrais en être à près de 30000. La faute aux anglais qui ont gardé nos pigeons ! De fait, j’ai compté 1500 de ces bêtes là depuis le début de l’opération dont 1/3 cette semaine alors qu’à cette date je devrais en avoir 8000 dans ma musette ! Fait assez exceptionnel de mémoire d’ornitho ( ?).
Pour l’heure, le pic migratoire a été atteint le 26/10 (cf. graph « physionomie de la migration »), une date précoce qu’il convient de rapporter au déficit de ramiers dont le pic migratoire se situe entre le 10 et le 15/11 ordinairement.
Bruno
Physionomie_migration
Physionomie_migration
Physionomie_migration.jpg (52.67 Kio) Consulté 4981 fois
Avec le graph sur la direction de vol en fonction de la direction du vent, on constate que les migrateurs se positionnent préférentiellement pour prendre le vent de ¾ avant, surfant l’air en s’appuyant et en s’adossant alternativement sur ce flux lorsqu’ils ne voyagent pas par vent arrière, autres conditions de vol peu documentées par les simples porteurs de jumelles car dès lors le front s’élargit considérablement et les oiseaux prennent de l’altitude…
Direction_vol
Direction_vol
Direction_vol.jpg (39.34 Kio) Consulté 4981 fois
Quant à la convergence des courbes sur le dernier graph, elle présage de la fin du passage à court terme même si nous pouvons encore espérer voir quelques beaux voliers de ramiers !! (ça fini par ressembler à une incantation mon affaire !).
Bilan_hebdo
Bilan_hebdo
Bilan_hebdo.jpg (52.71 Kio) Consulté 4981 fois
L’enquête est officiellement terminée mais rien ne vous empêche de jouer les prolongations cette semaine après quoi vous voudrez bien m’envoyer vos données au plus vite.
Merci à tous !
Bruno

bch
Messages : 103
Inscription : 05 mai 2006, 00:47
Contact :

Enquête "La migration près de chez vous !"

Message par bch » 11 oct. 2014, 18:11

Bonjour à tous,
La 5ème et dernière édition de cette enquête a commencé ce matin comme annoncé dans le PC de septembre, et prendra fin le dimanche 16 novembre.
Au cours des 5 semaines que dure l'enquête, vous pouvez participer quand et où vous le souhaitez, avec pour seules contraintes, des sessions de 15 minutes au minimum et l'enregistrement des données dans un fichier dédié. Cependant, vous aurez beaucoup plus de satisfactions si vous procédez depuis 1 seul et même endroit, 3 à 5 fois par semaine, pendant 30 à 60 minutes au lever du jour. En effet, à partir d'une dizaine d'heures faites régulièrement au cours de ces 35 jours d'enquête, il devient possible d'évaluer le potentiel d'un lieu donné.
Vous pouvez également participer très utilement en intervenant uniquement lors des journées concertées programmées les samedis 25 octobre et 8 novembre, en faisant au moins 1 h de guet à chaque fois.
Où que vous soyez, je vous encourage donc vivement à rejoindre ce réseau, tout particulièrement si vous habitez en Seine-Maritime, dans l’Eure ou l’est de l’Orne, secteurs pour lesquels nous avons collecté très peu d’informations jusque là.
Merci de me contacter à l‘adresse suivante bruno-chevalier@neuf.fr

bch
Messages : 103
Inscription : 05 mai 2006, 00:47
Contact :

Re: Enquête MIGRATION en Normandie

Message par bch » 12 oct. 2014, 14:02

C’est un peu tous les ans une montagne qu’il convient de gravir en moins de 2 mois, à raison de 3-4 petites séances en semaine pour sonder le passage, et 1 ou 2 le WE pour l’évaluer plus précisément. L’enthousiasme qui préside lors de ce RDV très singulier, laisse parfois place à l’ennui, dans le froid, le vent, sous la pluie…mais la récompense, parvenu au sommet, vous conduit irrémédiablement à renouveler l’expérience !
J’ai donc installé un premier camp d’approche au sud de Coutances le 2 octobre pour voir passer les « dernières » hirondelles et participer à l’assaut du pipit farlouse, très modestement…
Puis je me suis mis en route le 6 octobre pour rejoindre le premier camp de base, celui depuis lequel nous lançons la 5ème édition de cette enquête. Le flux s’est fait plus dense du 9 au 11 par vent de secteur sud, avant de retomber brutalement le 12 alors que le vent soufflait ENE. Depuis ma colline située en bocage, le phénomène est donc devenu tangible, avec en 4h30 de guet cette semaine : pinson des arbres (1172), bergeronnette grise (128), pipit farlouse (120), grive musicienne (32), pigeon colombin (14). Déjà 25 espèces au compteur dont quelques éclaireurs de grive mauvis, tarin des aulnes, alouette des champs, etc.
Le 25 octobre, date de la première journée concertée, nous serons en pleine ascension du sommet que nous devrions atteindre au plus tard le 8 novembre, si tout se passe bien !
Merci à tous les migratologues pour leurs contributions, y compris sur le forum pour nous faire partager leurs observations.
Bruno

bch
Messages : 103
Inscription : 05 mai 2006, 00:47
Contact :

Re: Enquête MIGRATION en Normandie

Message par bch » 18 oct. 2014, 14:49

Bonjour à tous,
Bang ! J’ai passé le mur du son à deux reprises cette semaine : jeudi et samedi matin, >1000 oiseaux entre 8:30 et 9:30, et ce n’est qu’un début car il est passé de l’ordre de 35 % des pinsons à cette date, alors que cette espèce ne comptera que pour 1/3 à l’intérieur de la Normandie lors du bilan final.
L’un des objectifs de cette enquête est d’estimer le flux global, ainsi que celui des espèces les plus nombreuses. Pour répondre ponctuellement à cette question, j’ai calculé combien il est passé d’oiseaux ce matin à Coutances entre 8:15 et 12:15 à partir des 2 h de guet réalisés après le lever du soleil, soit 2000 migrateurs (cf. graph : Nombre d’oiseaux par 15 min. à St-Pierre-de-Coutances). Le passage observé est comparable à celui du 16 octobre, date pour laquelle je dispose des recensements réalisés à Carolles (80 000 ind.). Par ailleurs, nous estimons, d’une part, qu’au moins 90 % des migrateurs passant devant Carolles ont coupé une diagonale de 50 km allant de St-Germain-sur-Ay à St-Martin-des-Besaces, et d’autre part, nous savons que le flux est comparable entre St-Pierre-de-Coutances (50) et Crocy (14). Dès lors, si nous admettons que plus de 80 % des migrateurs qui traversent la Normandie passent entre St-Germain-sur-Ay et Sée, soit un front de 150 km de large, et que la part relative du front conduisant à Carolles est proportionnelle à celui-ci, soit 1/3, nous pouvons estimer que la Normandie a été traversée par plus de 250 000 migrateurs au cours de la matinée du 16 octobre (cf. graph : Estimation du nombre de migrateurs ayant survolé la Normandie le 16 octobre).
Après le pigeon ramier pour lequel je vous avez proposez une estimation de 75 000 migrateurs lors d’une année « normale », dans la mesure où il passe en moyenne 500 000 pinsons aux falaises de Carolles chaque année, nous pouvons estimer qu’il en passe entre 1,5 et 2 millions en Normandie.
Dans une semaine on attaque la face sud du pic migratoire, soyez nombreux !
Bruno
Pièces jointes
Estimation flux migratoire 16 octobre 2014
Estimation flux migratoire 16 octobre 2014
Estmation_Normandie_16-10-2014.jpg (89.92 Kio) Consulté 4277 fois

Etienne Lambert
Messages : 6
Inscription : 08 avr. 2006, 13:55
Contact :

Re: Enquête MIGRATION en Normandie

Message par Etienne Lambert » 20 oct. 2014, 14:59

Bonjour !
Je n'ai compté que superficiellement les migrateurs durant la première semaine car j'avais mes cours à assurer (mais maintenant ce sont les vacances !!) et hier je faisais une animation dans le parc (4 personnes) et ce matin c'était tendance à Caligny. Cependant j'ai pu faire deux heures de suivi en 3 jours dans mon jardin. Chez moi, c'est du pinson (336 en deux heures) et du ramier (81) mais globalement je n'ai pas vu grand chose. Toutefois, je vois plus de chardonnerets que l'année dernière (36).

pgachet
Messages : 845
Inscription : 29 mai 2007, 22:39
A été remercié : 3 fois
Contact :

Re: Enquête MIGRATION en Normandie

Message par pgachet » 20 oct. 2014, 17:41

La migration près de chez vous à Saint-Amand


Le site éolien des Hauts Vents se situe à une altitude de 200m sur la commune de Saint-Amand (50) , à une dizaine de km au SSE de Saint-Lô . Il est implanté sur une ligne de crête parallèle à la vallée de la Vire. Un belvédère installé par l'opérateur éolien permet d'avoir une vue très dégagée sur les alentours et notamment sur une vallée boisée orientée en gros NE-SO qui "coupe" la crête au sud-est.
L'intérêt de ce site pour l'observation du passage migratoire n'a été découvert que l'année dernière. Les sites d'observation fréquentés précédemment ( l'Angle à Condé sur Vire et Martinville sur les hauteurs nord-est de Saint-Lô) étaient moins "passants".
Vue du belvédère vers le NO, en direction de  Saint-Lô.
Vue du belvédère vers le NO, en direction de Saint-Lô.
DSC_3051.JPG (44.18 Kio) Consulté 4211 fois
Le passage des oiseaux se fait sur une bande large d'environ 2 km, au large des éoliennes ( à peu près 300m)

Quatre comptages ont été effectués depuis le début de l'enquête sur une durée de 5h45. Les effectifs sont bien sûr modestes mais vont croissant : Le 14/10 : 123 oiseaux en 30mn . Le 15/10 : 498 en 60mn. Le 17/10 : 635 en 105mn et le 20/10 :1693 en 2h. Un total de près de 3000 oiseaux.
La grande majorité des oiseaux est constituée de pinsons et d'étourneaux , 52,89 % de pinsons et 29,69% d'étourneaux. Le comptage de ce matin a "fait remonter" le score des étourneaux puisque 625 d'entre eux sont passés, soit 71,67% du passage total!
Le pigeon ramier ne bouge guère pour l'instant : 107 migrateurs ont été relevés, soit 3,6%.

D'autres espèces sont observées mais avec des effectifs faibles, pipit farlouse, alouette des champs, alouette lulu, grive draine. Peu de grives mauvis pour l'instant!

La large visibilité permet de voir les oiseaux suivre directement un axe NE-SO qui irait du Cap d'Antifer ou de la Baie d'Orne vers la Baie du Mont Saint-Michel. Le phénomène est connu et bien décrit mais, hypothèse personnelle, il pourrait y avoir une petite concentration des effectifs dans ce couloir naturel. Les sites d'observation suivis précédemment et situés plus à l'Ouest ou plus au Nord voient en effet passer des effectifs beaucoup plus faibles.

Quand rien ne passe, il est toujours possible d'admirer les chevreuils qui se nourrissent tous les matins sur les friches de culture au sud. Mais aussi les rapaces comme le faucon crécerelle et la buse variable qui chassent sur ces espaces dégagés.
Les chevreuils viennent se nourrir sur les cultures au sud du belvédère. Derrière le rideau d'arbres, la vallée boisée (à imaginer!).
Les chevreuils viennent se nourrir sur les cultures au sud du belvédère. Derrière le rideau d'arbres, la vallée boisée (à imaginer!).
DSC_3098.JPG (58.12 Kio) Consulté 4211 fois
L'ombre du belvédère et de l'observateur(?). A gauche des éoliennes, les hauteurs de Saint-Lô
L'ombre du belvédère et de l'observateur(?). A gauche des éoliennes, les hauteurs de Saint-Lô
DSC_3104.JPG (55.63 Kio) Consulté 4211 fois

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité