Les réserves du GONm

Vous avez vu un oiseau ? Vous avez un endroit à nous faire découvrir ? Une information à partager ?
Ici : c'est l'endroit où discuter de votre passion des oiseaux et de la nature sauvage en Normandie !
Et pour transmettre vos données d'observations, c'est là : http://www.faune-normandie.org/
Règles du forum
Tous les documents mis en ligne sur ce forum sont sous licence CREATIVE COMMONS BY-NC-SA.

Avant de commencer tout nouveau fil de discussion : faîtes une recherche (en haut à droite) afin de vérifier si votre message peut répondre ou s'intégrer à une discussion existante.
Répondre
collette
Messages : 938
Inscription : 07 févr. 2006, 07:39
A remercié : 7 fois
A été remercié : 17 fois
Contact :

Re: Les réserves du GONm

Message par collette » 22 oct. 2015, 09:26

L'érosion sur la rive de la Sée : la réserve de Tirepied (1)
Des piquets de clôture plantés vers 1945 sont les jalons témoins du profil du cours de la Sée. Il en reste peu sur les 340 m de rive... Leur effondrement est l'illustration concrète du recul de la rive. En trois secteurs, il y a au contraire engraissement. Deux de ces tronçons sont plus particulièrement concernés par les plantations (le troisième sous une ligne électrique est soumis à des contraintes d'entretien s'opposant à toute plantation d'arbre).
Le choix des secteurs de plantation peut paraitre paradoxal : il n'est pas ici question de freiner la dynamique naturelle. L'objectif est de renforcer le boisement de la rive mis à mal par la mort des aulnes sur des secteurs où les arbres ne seront pas éliminés au bout d'un certain temps par l'érosion de la rive. Les saules ont peu à peu remplacé les aulnes. En deux secteurs, les plantations de cet hiver essentiellement à base d'aulnes glutineux issus d'un autre refuge (sablières de Ducey, vierges de toute contamination par Phytophtora alni) comblent des espaces nus. La protection contre le bétail a permis en même temps le développement d'une végétation plus sauvage (angélique, consoude, scrofulaire, ortie,etc) Deux nids de rat des moissons ont été notés, les territoires (merles, pouillot véloce, grive musicienne, etc) se sont élargis sur cette "nouvelle frontière"; les bouleaux attirent chardonnerets, mésanges bleues, moineaux. Par temps froid, la bécasse est notée sous la saulaie.
Pièces jointes
Plantation de ligne d'aulnes en fin d'hiver (2015). Le sol nu correspond à une zone de dépôt récent au cours des épisodes de crues hivernales : on est ici sur un secteur d'engraissement de la rive. L'érosion reprend quelques mètres en aval à l'arrière plan de la photo (orme mourant).
Plantation de ligne d'aulnes en fin d'hiver (2015). Le sol nu correspond à une zone de dépôt récent au cours des épisodes de crues hivernales : on est ici sur un secteur d'engraissement de la rive. L'érosion reprend quelques mètres en aval à l'arrière plan de la photo (orme mourant).
Piquet de clôture métallique (probablement planté il y a plus de 50 ans) déchaussé par l'érosion.
Piquet de clôture métallique (probablement planté il y a plus de 50 ans) déchaussé par l'érosion.
Les loupes de décollement servent aussi de marchepied aux pêcheurs de saumon qui participent ainsi à l'accélération du phénomène d'érosion.
Les loupes de décollement servent aussi de marchepied aux pêcheurs de saumon qui participent ainsi à l'accélération du phénomène d'érosion.

collette
Messages : 938
Inscription : 07 févr. 2006, 07:39
A remercié : 7 fois
A été remercié : 17 fois
Contact :

Re: Les réserves du GONm

Message par collette » 22 oct. 2015, 09:32

L'érosion sur la rive de la Sée : la réserve de Tirepied (2)

Documents illustrant l'autre secteur planté en rive convexe.
Pièces jointes
Plantation en exclos sur rive.
Plantation en exclos sur rive.
Un jeune chêne d'1 mètre gagne 70 cm en 6 mois.
Un jeune chêne d'1 mètre gagne 70 cm en 6 mois.
Nid de rat des moissons dans la végétation herbacée de la rive
Nid de rat des moissons dans la végétation herbacée de la rive

regis purenne
Messages : 103
Inscription : 07 févr. 2006, 17:17
Contact :

Re: Les réserves du GONm

Message par regis purenne » 28 oct. 2015, 22:09

l'association des "amis" de l'île du Large ce soir dans france 3 Basse-Normandie,
et indirectement le GONm
en replay demain
Régis

Fabrice GALLIEN
Administrateur
Messages : 121
Inscription : 06 févr. 2006, 12:46
A été remercié : 5 fois
Contact :

Re: Les réserves du GONm

Message par Fabrice GALLIEN » 23 nov. 2015, 11:21

Il y a un peu plus d’une semaine, douze adhérents du GONm ont investi l’archipel de Chausey à la recherche des passereaux, des limicoles et des oiseaux marins. La recherche d’oiseaux bagués a été également l’un des objectifs du séjour. Recherche particulièrement fructueuse pour les huîtriers avec l’observation de quelques poussins nés et bagués cette année dans l’archipel ou le contrôle de cette bernache cravant baguée dans la péninsule du Taimyr et qui avait déjà été contrôlée à Chausey en 2013. Quand on aime Chausey… Les suivis habituels (dortoirs, reposoirs, passereaux migrateurs, enquête Tendance, canards marins…) ont pu être réalisés grâce à une météo plutôt clémente et malgré le coup de vent du vendredi après-midi. Après-midi que nous avons mis à profit pour commencer un aménagement expérimental en vue d’accueillir les sternes tout en essayant de les protéger contre les rats. Un aménagement issu d’une libre interprétation (et d’une adaptation au contexte local) d’aménagements réalisés chez nos collègues anglais, irlandais et bretons.
Le prochain séjour est fixé au 9 décembre prochain, il reste des places.
Pièces jointes
Chausey 1.jpg
Chausey 1.jpg (26.59 Kio) Consulté 5897 fois
Chausey 2.jpg
Chausey 2.jpg (28.81 Kio) Consulté 5897 fois
Chausey 3.jpg
Chausey 3.jpg (35.85 Kio) Consulté 5897 fois

collette
Messages : 938
Inscription : 07 févr. 2006, 07:39
A remercié : 7 fois
A été remercié : 17 fois
Contact :

Re: Les réserves du GONm

Message par collette » 05 déc. 2015, 17:20

Le puceron géant du saule
En coupant des branches de saule autour de la mare de la réserve à Tirepied, une observation étonnante... les mains rougissent, enduites d'un colorant rouge! La cause est rapidement découverte : des milliers de pucerons sont regroupés sur des tronçons de branches en ce début de décembre.
Avec l'aide de Peter Stalleger, la détermination est rapide : Tuberolachnus salignus. Seules les femelles sont connues, elles pondent des femelles, la parthénogénèse est efficace! L'espèce est connue pour apparaitre au milieu de l'été et passer l'hiver. Les guêpes observées sur les saules connaissent l'adresse, elles viennent recueillir les gouttelettes de déchets sucrés émises par les pucerons.
Une énigme : pourquoi le "sang" de ces pucerons (l'hémolymphe) est il rouge? (couleur vieux bordeaux)
Pièces jointes
Regroupement sous la coupe de la veille. Attraction?
Regroupement sous la coupe de la veille. Attraction?
Facile à reconnaitre...
Facile à reconnaitre...
les mains tachées du "bucheron"
les mains tachées du "bucheron"

Debout Gérard
Messages : 265
Inscription : 08 févr. 2006, 19:26
A été remercié : 1 fois
Contact :

Re: Les réserves du GONm

Message par Debout Gérard » 09 déc. 2015, 09:12

Je reprend ici un message de P. Gachet paru dans le fil communication :
La Grande Noé sur Ornithomedia

Ornithomedia, site connu d'ornithologie, a publié un article sur les oiseaux de la Boucle de Léry-Poses. Les lacs qui composent le site (Grande Noé, lac des deux amants et lac du Mesnil) sont présentés. L'historique de la réserve GONm de la Grande Noé est retracé avec soin. Un texte copieux et exhaustif décrit avec précision l'avifaune hivernante, migratrice ou nicheuse des lieux. Céline Chartier et Daniel Basley ont fourni les photos pour illustrer l'article. De quoi donner envie d'aller découvrir les richesses de cette réserve!

Pour le lire, cliquer sur ce lien : http://www.ornithomedia.com/magazine/ob ... 02009.html
Gérard DEBOUT
Président du GONm

Chartier Céline
Messages : 62
Inscription : 06 févr. 2006, 15:07
A été remercié : 2 fois
Contact :

Re: Les réserves du GONm

Message par Chartier Céline » 14 déc. 2015, 15:25

Bonjour à tous,
Voici le texte de Martin Billard à propos du stage de la Grande Noé :

"Que de beau monde sur ce stage !

Avec le stage de la grande Noé, une troupe d'une quinzaine d'ornithos de toutes plumes s'était donné rendez-vous samedi matin dernier au gite de la musardière non loin des boucles de Poses pour y pratiquer leur passion durant deux jours. Ce fût l'occasion d'apprendre, d'observer et apprécier une avifaune locale variée, de s'instruire sur les oiseaux et le réchauffement climatique lors d'un exposé en soirée mais aussi de s'émouvoir devant les clichés que Céline a selectionné de certains de ces derniers voyages.
P1000334.jpg
Cette petite introduction aurait pu s'arrêter là mais je pense que tout d'abord, tout le monde doit savoir ce qu'il ce cache VRAIMENT derrière les stages de terrain. Ces derniers (Chausey y compris, le l'oublions pas) sont aussi reconnu pour un sujet tout autre : la quantité de nourriture astronomique amené et absorbé par les adhérents. Impossible de savoir comment ni pourquoi tout cela arrive à rentrer dans les voitures, mais même si chacun pouvait engloutir le double de ce qu'il à l'habitude de manger, les voitures repartiraient tout aussi pleine...
20151128_185101.jpg
Bref. En deux jours ce fût donc un concentré d'espèces dont nous pourrions citer dans les plus notable :
Un splendide mâle de harle bièvre ;
Une femelle de harle piette ;
Une petite troupe de garrots aux yeux d'ors ;
Une jeune mouette pygmée ;
Un plongeon imbrin ;
Des dizaines de fuligules morillons et centaines de fuligules milouins.
La liste ne serait pas complète sans la mention de trois cygnes noirs, quelques ouettes d'Egypte, une oie à tête barrée, pas moins de 200 bernaches du Canada cherchant refuge dans la réserve et le fameux pélican blanc de Poses. Sacrément exotique dans le paysage !
P1000345.jpg
Ce qu'il faudra finalement retenir de ce stage c'est :
Ornithos confirmés ou non, le lieu se prête aisément à la pratique de la passion de l'ornithologie et le rend bien avec pas moins d'une soixantaine d'espèces observés en deux jours seulement (à condition de sacrifier aussi son régime).
L'évaluation des distances étant assez flou sur de si vastes étendues d'eau, une mesure a été mise en place par les pêcheurs répondant au doux nom de "gros brochet". A titre indicatif, on peux trouver dans le coin de sacrés poissons, dont le plus imposant ferait la taille d'une certaine salariée du GONm ;)
Merci aux participants du stage et pour ceux l'ayant loupé, accourez-vous inscrire aux prochains !
Martin Billard"

Pour le prochain stage, cela sera théoriquement le 3 et 4 décembre 2016. J'attends d'avoir la disponibilité du gite avant de l'inscrire dans le calendrier.

Céline Chartier

Fabrice GALLIEN
Administrateur
Messages : 121
Inscription : 06 févr. 2006, 12:46
A été remercié : 5 fois
Contact :

Re: Les réserves du GONm

Message par Fabrice GALLIEN » 17 déc. 2015, 13:51

La semaine dernière, le stage à Chausey a débuté avec l’accueil de 2 agents de la Direction des Territoires et de la Mer de la Manche (DDTM50) pour une visite de terrain préalable au lancement des travaux liés à un contrat Natura 2000 porté par le GONm en collaboration avec la SCI des Iles Chausey (j'y reviendrai ultérieurement).
Le séjour a été marqué par une météo capricieuse et le vent a finalement entrainé l’annulation des habituels suivi des dortoirs de cormorans et des canards marins sur les zones conchylicoles. Mais il y avait beaucoup d’autres choses à faire et les journées ont été bien remplies : recherche des passereaux sur la Grande Ile, réalisation de l’enquête EcoQO, recherche d’oiseaux bagués… Et l’accalmie du samedi matin nous aura tout de même permis de suivre les limicoles sur les reposoirs. Tout ceci sans compter la préparation des repas qui a parfois nécessité d’aller chercher quelques ingrédients sur la Grande Ile ou sur l’estran !
Une visite de chantier a également été réalisée avec Arnaud Antoine qui réalisera les travaux de débroussaillage prévus sur les îlots (travaux qui ont, depuis, démarré). Et nous avons poursuivi l’aménagement expérimental à destination des sternes engagé le mois dernier.
A Chausey, il y a un bureau de vote. Mais en hiver, la grande majorité des électeurs chausiais vit… sur le continent ! La Jolie France a donc modifié ses traversées habituelles (traversée du samedi décalée à dimanche) pour permettre au plus grand nombre d’accomplir son devoir citoyen. Devoir que nous-mêmes devions accomplir … à condition de rentrer le samedi ! C’est Alban, conchyliculteur à Chausey, qui a eu la gentillesse de nous accueillir à bord de son bateau pour nous ramener « à terre » (Arnaud ayant quant à lui eu la gentillesse d’emmener hommes et bagages de la Grande Ile au bateau). Un retour original qui a permis d’en apprendre plus sur la culture des moules et, pour certains, de repartir avec quelques moules ou palourdes.
Et pour finir, précisons que ce dernier séjour de l’année nous aura permis de contacter 57 espèces, de bien rigoler et … de bien manger !
Prochain séjour l’année prochaine, du 20 au 23 janvier, il reste quelques places !
Pièces jointes
Un stage.jpg
Un stage.jpg (28.29 Kio) Consulté 5519 fois
Sur l'estran.jpg
Sur l'estran.jpg (21.27 Kio) Consulté 5519 fois
Retour avec Grande Ancre.jpg
Retour avec Grande Ancre.jpg (30.05 Kio) Consulté 5519 fois

Debout Gérard
Messages : 265
Inscription : 08 févr. 2006, 19:26
A été remercié : 1 fois
Contact :

Re: Les réserves du GONm

Message par Debout Gérard » 17 déc. 2015, 14:38

A Tatihou, tout va de plus en plus mal. C’est pourquoi j'ai adressé ce mail aux responsables du Conservatoire du Littoral, du SyMEL ainsi qu'à la DREAL :

"Une fois de plus, je tiens à vous alerter solennellement de l’urgence d’agir pour protéger ce qui reste de la colonie de goélands de Tatihou contre la prédation et même désormais la simple présence du renard.
Il n’est plus possible de nier l’évidence : régler rapidement ce problème est réellement vital pour la colonie. Cela fait désormais plus d’un an et demi que nous vous alertons sur ce phénomène de prédation qui met en danger la plus importante des colonies naturelles de France, qui est par ailleurs un des attraits ornithologiques et touristiques de l’île
Régis Purenne, chargé des études et des comptages sur l’Est Cotentin au GONm a effectué une visite de la réserve de Tatihou le lundi 14 décembre. Ses observations sont très alarmantes. Pour cette période, un nombre anormalement faible de goélands a été vu sur l’île.
Voici ses observations du 14/12/15 à Tatihou :
« Je suis passé de nuit à 6h15 à marée basse à pieds, pour tenter un suivi nocturne de la présence du renard et surtout voir où en est la fréquentation de la colonie de goélands au lever du jour.
Je n'ai pas croisé de renard, ce qui ne signifie bien sûr pas son absence puisque j’ai encore noté des empreintes fraîches sur toutes les plages autour de l'île (CF PJ ci-dessous) : sauf erreur de ma part ce sont bien des empreintes de renard, indice noté à chaque visite. Au lever du jour (8h00-8h30) un maximum de 300 goélands argentés sont arrivés, ils se sont posés essentiellement sur les bâtiments, et moins d'une centaine se sont posés sur la prairie pour repartir très vite ensuite (5 goélands marins seulement sur la prairie), à 9h il n’y avait plus d'oiseaux ni sur la prairie ni sur les bâtiments. Tout çà n'est donc vraiment pas bon signe....
Il y a 10 jours, depuis le port, j'ai pu constater qu'il n'y a probablement aucun dortoir sur ou autour de l'île en mer, on est loin des 2500 goélands notés au dortoir en 2012.
Par comparaison (je ne parle ici que de l'argenté) :
2012
18/12/2012 : 2000+ goélands argentés (GA) au dortoir sur l’ile ou en mer autour de l'île, vu depuis le port.
2013
17/12/2013: sur la prairie à 8h30 1500+ GA
2014
02/11/2014 : sur la prairie à 8h30 : 500+ GA,
08/12/2014 : sur la prairie à 8h30 : 800 GA, absence de dortoir sur ou autour de l'île.
2015
14/12/2015 : à 8h30, sur la prairie: moins de 100, intramuros : 200 maximum posés ou en vol. Absence de dortoir sur ou autour de l'île. »
Cette période de mi-décembre est cruciale pour la colonie car elle marque le début de la saison de nidification avec le regroupement des individus, la formation des couples et leur cantonnement sur les aires de reproduction. Ainsi, sur les colonies urbaines, les goélands sont déjà de retour depuis quelques semaines. Ils se regroupent de plus en plus nombreux actuellement sur les toits de la ville.
Notre crainte, déjà exprimée de nombreuses fois et dernièrement lors de la réunion du 17/11 au CEL, est une désertion totale de la colonie, pour un repli vers les toits des villes environnantes (Saint-Vaast, Quettehou et au delà, …) comme cela est en cours depuis deux ans.
Les dernières observations de Régis Purenne viennent confirmer ces craintes et nous vous demandons donc d’intervenir au plus vite, s’il n’est pas déjà trop tard… puisqu’à leur tour les goélands bruns vont commencer à revenir progressivement sur le site, probablement de manière plus précoce étant donné la douceur de l’hiver.
Les populations de goélands argentés affichent un déclin de 25 % à l’échelle nationale : ainsi, cette espèce est une des dix notées avec un enjeu prioritaire pour la façade Manche-Mer du Nord. L’abondance apparente de l’espèce en milieu urbain est un leurre. Une part des effectifs des colonies se reporte en ville suite à l’abandon des milieux naturels devenus inhospitaliers.
La colonie de Tatihou, bien que souvent malmenée, avait résisté jusqu’ici mais les attaques répétées d’un renard auront suffi à déstabiliser cet équilibre précaire.
Tout ceci s’effectue en plus dans un contexte très défavorable aux goélands avec les menaces qui pèsent sur la colonie de l’île du Large à Saint-Marcouf et celles qui pèsent sur les colonies de la rade de Cherbourg.
La capture du (ou des) renard(s) de l’île doit être immédiatement entreprise et ne doit pas attendre notre réunion du 7 janvier 2016."
Gérard DEBOUT
Président du GONm

Alain CHARTIER
Messages : 96
Inscription : 06 févr. 2006, 14:13
A été remercié : 2 fois
Contact :

Re: Les réserves du GONm

Message par Alain CHARTIER » 28 déc. 2015, 22:00

Dernier acte notarié de l'année pour le GONm : 1,26 ha acquis aujourd'hui (en vert sur la carte) sur la commune de Graignes-Mesnil-Angot, ce qui porte à 196 le nombre d'hectares que nous détenons fin 2015 sur le territoire du PNR des marais du Cotentin et du Bessin. Cette surface permet d'agrandir le réserve du hameau Vaultier et jouxte la RNR.
parcelles B 691 705 706.jpg
parcelles B 691 705 706.jpg (89.22 Kio) Consulté 5344 fois
Alain Chartier

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 6 invités