GRIPPE AVIAIRE

Annonces, animations, stages, sorties & évènements de l'association
Règles du forum
Tous les documents mis en ligne sur ce forum sont sous licence CREATIVE COMMONS BY-NC-SA.

Avant de commencer tout nouveau fil de discussion : faîtes une recherche (en haut à droite) afin de vérifier si votre message peut répondre ou s'intégrer à une discussion existante.
Répondre
GERARD
Messages : 873
Inscription : 08 févr. 2006, 23:09
A été remercié : 1 fois
Contact :

GRIPPE AVIAIRE

Message par GERARD » 21 févr. 2006, 00:57

j'ai été contacté par téléphone par une journaliste
qui va faire un article .
J'espére ne pas avoir dit de bétises et j'ai dédramatisé un peu :
- pas de mortalité d'oiseaux exceptionnelle.
- suivi des arrivées de migrateurs par les observateurs
- principe de précaution: ne pas toucher aux oiseaux morts ,
prévenir les services vétérinaires
- pas de risque à se promener sur la grande noe , mais constat
d'un public plus hésitant. :(
J'ai transmis aussi une photo d'un groupe de canards.
2 cygnes tuberculés morts récupérés par la gendarmerie d'aprés elle.
CGe
pour une ornithologie plurielle

Debout Gérard
Messages : 263
Inscription : 08 févr. 2006, 19:26
A été remercié : 1 fois
Contact :

grippe aviaire et oiseaux échoués

Message par Debout Gérard » 22 févr. 2006, 10:22

Ce communiqué doit vous rappeler que lors de l'enqu^te oiseaux échoués, vous n'avez pas à manipuler les oiseaux ni à les ramasser (que ce soit cette année ou une autre).
Quant au seuil de 5 oiseaux en 500 m., il est couramment atteint, votre attitude dépendra de votre bon sens :
5 guillemots plus ou oins anciens sur 500 m. est "normal"
5 cadavres frais de canard pilet n'est pas "normal"
Entre les deux, à vous de déterminer votre attitude
Soyons vigilants, mais restons raisonnables : à ce jour, dans le monde (et sauf erreur de ma part), aucun homme n'a été contaminé par un oiseau sauvage.

Gérard Debout


PRECAUTIONS A PRENDRE POUR MANIPULER OU COLLECTER DES OISEAUX SAUVAGES
En raison du risque que représente l'Influenza aviaire (qualifiée dans les media de grippe aviaire) pour les élevages de volailles, il est nécessaire de prendre des précautions lors de la manipulation d'oiseaux sauvages vivants ou morts. Il faut en effet éviter les risques de manu-portage ou de transport mécanique, vers un élevage, du virus pouvant se trouver sur le cadavre de l'animal, notamment lorsqu'il est souillé par des fientes contaminées.
Par ailleurs, ces précautions doivent également prévenir tout risque de contamination de la personne appelée à manipuler ces oiseaux sauvages.
Il est important de bien différencier les risques liés à la manipulation d'un oiseau lorsqu'il est vivant ou mort ; en effet, un oiseau mort ne génère aucun aérosol susceptible de contaminer la personne qui le manipule. En revanche, un oiseau vivant en se débattant ou en respirant, génère un grand nombre d'aérosols qui, si l'animal est infecté par le virus H5N1, peut présenter un danger pour le manipulateur. Les précautions à prendre dépendent de cette analyse du risque.
1) Précautions à prendre pour la manipulation d'oiseaux sauvages vivants
La manipulation des oiseaux sauvages vivants doit être faite par une personne compétente : Direction Départementale des Services Vétérinaires (DDSV), Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), Muséum National d'Histoire Naturelle (MNHN), Fédération départementale de la Chasse, Service Départemental d'Incendie et de Secours (SDIS) : Compte tenu du danger inconnu, il est nécessaire de prendre des précautions pour le manipulateur.
Il est recommandé de porter une combinaison jetable, ou une blouse ou un ciré facile à laver, des bottes lorsque l'on intervient en milieu humide ou des surchaussures en plastique à usage unique en dehors de zones humides.
Le port de lunettes de protection en plexiglas et de masque FFP2 est nécessaire. Le port d'une paire de gants en latex est indispensable, éventuellement doublé d'un gant intérieur recouvrant plus largement le bras.
Le matériel à usage unique sera jeté, tandis que les autres matériels seront nettoyés et désinfectés après manipulation.
Il convient de se laver soigneusement les mains (eau + savon) après la fin des opérations.
2) Précautions à prendre pour la collecte d'oiseaux sauvages morts
Deux situations de collecte doivent être distinguées :
En zone rurale :
- si seuls quelques oiseaux sont retrouvés morts (1 à 4) dans un rayon de quelques centaines de mètres (en pratique 500 m), cette situation ne doit pas être considérée comme anormale et il est préférable de les laisser sur place ou, si possible, de les enterrer sans les toucher à mains nues ;
- s'il s'agit d'un plus grand nombre d'oiseaux (à partir de 5), où s'il s'agit d'un cygne, il faut prévenir les services publics qui se chargeront de les ramasser : Direction Départementale des Services Vétérinaires (DDSV), Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), Muséum National d'Histoire Naturelle (MNHN), Fédération départementale de la Chasse, Service Départemental d'Incendie et de Secours (SDIS)
En Zone urbaine :
- Il faut prévenir les services de voirie municipale qui ramasseront les oiseaux morts.
Les précautions à prendre sont les suivantes :
Pour la collecte des oiseaux morts, le port d'une paire de gants en latex ou de gants à usage unique est indispensable. Il est également recommandé de porter une blouse jetable ou un vêtement facile à laver après les opérations. Le port de lunettes de protection, de masque facial et de surchaussures n'est pas recommandé.
Le matériel à usage unique sera jeté, tandis que les autres matériels seront nettoyés et désinfectés après manipulation.
Il convient de se laver soigneusement les mains (eau + savon) après la fin des opérations.
Les oiseaux collectés doivent être placés dans un sac en plastique étanche et fermé hermétiquement, qui doit être placé dans un second sac en plastique également fermé, pour éviter toute souillure à partir du premier sac éventuellement souillé.
Selon les instructions de la Direction Générale de l'Alimentation (DGAL) en vigueur, quand la mortalité peut être considérée comme anormale (à partir de 5 oiseaux retrouvés morts au même moment dans un rayon de quelques centaines de mètres, en pratique 500 m), les oiseaux morts doivent être transportés vers le laboratoire départemental vétérinaire le plus proche, après en avoir averti la Direction Départementale des Services Vétérinaires.
Dans le cas contraire, les oiseaux pourront être enterrés, ou dirigés vers l'équarrissage, et les sacs ayant servi à leur transport pourront être déposés en déchetterie de manière à ce qu'ils soient incinérés.
Gérard DEBOUT
Président du GONm

Debout Gérard
Messages : 263
Inscription : 08 févr. 2006, 19:26
A été remercié : 1 fois
Contact :

Re: contact presse grippe aviaire

Message par Debout Gérard » 22 févr. 2006, 10:23

GERARD a écrit :j'ai été contacté par téléphone par une journaliste
qui va faire un article.
très bien
Gérard
Gérard DEBOUT
Président du GONm

GERARD
Messages : 873
Inscription : 08 févr. 2006, 23:09
A été remercié : 1 fois
Contact :

article sur grippe aviaire

Message par GERARD » 24 févr. 2006, 19:23

voir la dépêche de louviers ou evreux, un article de 4 pages
dont un encart sur la réserve de la grande noe. :!:
pour une ornithologie plurielle

Debout Gérard
Messages : 263
Inscription : 08 févr. 2006, 19:26
A été remercié : 1 fois
Contact :

article

Message par Debout Gérard » 27 févr. 2006, 10:15

C'est très bien, mais envoie une copie car c'est impossible à trouver à Caen
Gérard
Gérard DEBOUT
Président du GONm

Debout Gérard
Messages : 263
Inscription : 08 févr. 2006, 19:26
A été remercié : 1 fois
Contact :

Grippe aviaire : gardons la tête froide

Message par Debout Gérard » 03 mars 2006, 16:53

Pour le moment, le GONm poursuit ses activités.
Si des cas de grippe aviaire apparaissaient en Normandie, il est évident que nous nous plierons aux précautions de bon sens qui seraient imposées ; d'ores et déjà, et depuis l'automne dernier, la possibilité d'annuler les visites sur les colonies d'oiseaux de mer que sont par exemple Saint-Marcouf ou Chausey, a été envisagée.
L'action menée auprès des media à l'occasion des oiseaux échoués avait pour but de dédramatiser : les échos que nous en avons eus montrent que cela a été perçu comme tel.
Je réitère donc mon appel : adressez-nous vos premières observations de migrateurs (même si vous savez que d'autres en ont déjà vus) afin que nous montrions au public ce qu'est la migration et que celles de 2006 est, à tous égards (je l'espère), normale.

Ma première observation de migrateur est une cigogne blanche observée mercredi 1er mars à Auvers (50). Elle n'avait pas l'air grippée avec les pieds dans l'eau (fraîche).
Profitons-en pour rappeler que l'étude des migrations ne s'improvise pas et que la connaissance, là où elle existe (au GONm par exemple) est la résultat de décennies d'observations patientes.
Gérard DEBOUT
Président du GONm

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités