Agriculteurs et GONm

Vous avez vu un oiseau ? Vous avez un endroit à nous faire découvrir ? Une information à partager ?
Ici : c'est l'endroit où discuter de votre passion des oiseaux et de la nature sauvage en Normandie !
Et pour transmettre vos données d'observations, c'est là : http://www.faune-normandie.org/
Règles du forum
Tous les documents mis en ligne sur ce forum sont sous licence CREATIVE COMMONS BY-NC-SA.

Avant de commencer tout nouveau fil de discussion : faîtes une recherche (en haut à droite) afin de vérifier si votre message peut répondre ou s'intégrer à une discussion existante.
Répondre
bgauzere
Messages : 16
Inscription : 13 avr. 2012, 10:11
Contact :

Agriculteurs et GONm

Message par bgauzere » 14 nov. 2018, 00:02

Bonjour à tous,
j'ai discuté avec un ami ce week end qui travaille à la chambre d'agriculture de l'Eure. Il est intéressé, avec un ensemble d'agriculteurs, pour mettre en place des principes d'agriculture de conservation.

Ces collaborateurs agriculteurs ont été sensibles à l'effet de la prédation des renards sur les populations de campagnols, qui constituent un nuisible pour leurs cultures. Ils sont donc logiquement intéressés par la prédation des rapaces sur les rongeurs et donc enclins à favoriser leur population. Dans ce cadre, mon ami a pensé à l'installation de nichoirs. Après quelques recherches sur le net, je lui ai transmis de plan de nichoir pour chevêche d'athéna, faucon crécerelle et chouette effraie. Je lui ai également décrit les biotopes favorables des différents rapaces de la région en utilisant le guide Delachaux & Nestlé ainsi que le bouquin sur le comportement des oiseaux en europe fait par deux italiens (trés beau livre en passant)

Cependant, bien que je sois intéressé par les oiseaux et les espaces naturels, mes connaissances sont vraiment limitées. Du coup je me demandais si le GONm avait déjà organisé ou avait connaissance de sensibilisation/formation des agriculteurs aux oiseaux prédateurs de nuisibles (Cela pourrait inclure les insectivores en plus des prédateurs de micro mammifères). Ou plus généralement, quelles sont les relations entre l'association et le monde agricole ?

Merci pour vos infos,
Benoit

bgauzere
Messages : 16
Inscription : 13 avr. 2012, 10:11
Contact :

Re: Agriculteurs et GONm

Message par bgauzere » 20 nov. 2018, 09:20

Bonjour,
Je comprends que ça ne soit pas évident d'apporter une réponse à ce problème qui nécessite pas mal de boulot. Pour ceux qui seraient intéressées par cette question, je suis tombé sur ce programme de la LPO ce matin : https://www.desterresetdesailes.fr/

Cela répond à la problématique posée, je vais creuser dans ce sens.

Bonne journée,
Benoit Gaüzère

collette
Messages : 761
Inscription : 07 févr. 2006, 07:39
Contact :

Re: Agriculteurs et GONm

Message par collette » 22 nov. 2018, 11:57

Bonjour Benoit,
Ta démarche est capitale et il est important de répondre à la question posée. Il n'est pas si fréquent que des agriculteurs se posent la question du rôle des prédateurs dans l'équilibre de leurs exploitations.
Le sujet est plus facile et abordable en milieu bocager où la haie et la taille des parcelles rendent les démarches plus évidentes. Je suppose que les paysages agricoles dont il est question ici sont situés en grande culture. Il faut d'abord jauger les possibilités : reste t il de la place pour des zones "en déprise" (pris ici au sens de non exploitées, dont les bosquets, les angles de parcelle, les éventuels rives de chemins d'exploitation...), où pouvoir encourager des nidifications - ou simplement des zones de repli pour les prédateurs mammifères à ne pas négliger-, ou même à partir des bâtiments agricoles.
L'approche la plus rapide est bien celle des nichoirs pour les rapaces (du moins ceux qui ne nichent pas au sol comme les busards) et les solutions sont bien connues. Mais le must serait de prendre en compte plus globalement les parcelles, y compris sous l'angle de surfaces délaissées au profit de la biodiversité. A voir jusqu'où les agriculteurs seraient prêts à aller. Dans tous les cas, une démarche concrète ne peut commencer que par un contact direct avec les terres concernées (analyse des possibilités) et leurs exploitants (approche des attentes et des limites de la démarche).
Bon courage,
Jean

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 2 invités