Le réseau des refuges du GONm

Vous avez vu un oiseau ? Vous avez un endroit à nous faire découvrir ? Une information à partager ?
Ici : c'est l'endroit où discuter de votre passion des oiseaux et de la nature sauvage en Normandie !
Et pour transmettre vos données d'observations, c'est là : http://www.faune-normandie.org/
Règles du forum
Tous les documents mis en ligne sur ce forum sont sous licence CREATIVE COMMONS BY-NC-SA.

Avant de commencer tout nouveau fil de discussion : faîtes une recherche (en haut à droite) afin de vérifier si votre message peut répondre ou s'intégrer à une discussion existante.
Répondre
collette
Messages : 954
Inscription : 07 févr. 2006, 07:39
A remercié : 7 fois
A été remercié : 18 fois
Contact :

Re: Le réseau des refuges du GONm

Message par collette » 08 mars 2020, 16:37

372 - Un p'tit coin d'paradis : les Ponceaux à Barenton
Début mars, les sédentaires s'excitent comme partout. Mais entendre en même temps le bruant zizi et le bruant jaune, la mésange nonnette et le pic noir, voir l'eau si claire dans les ruisseaux, ça requinque l'ornitho-bocager-déprimé. D'autant qu'il y a toujours bien un sujet de conversation en route avec Michel et Annie. Du coup, les inventaires sont forcément incomplets, mais ce n'est pas essentiel.
Relevé 14 sur le refuge 50 050
Relevé 14 sur le refuge 50 050
Curiosités en chemin; les cônes des sapins sont posés au-dessus des branches et tombent écaille par écaille, contrairement à ceux des épicéas qui pendent sous les branches et tombent au sol en une pièce (les sapinettes, mal nommées!)
Quand toutes écailles sont tombées, il ne reste que l'axe du cône. Faciles à photographier ici, la tête du sapin est tombée...
Quand toutes écailles sont tombées, il ne reste que l'axe du cône. Faciles à photographier ici, la tête du sapin est tombée...
P1020709.jpg (283.89 Kio) Consulté 3194 fois
Une bizarrerie : une des branches du sapin pousse à la verticale, comme un tronc secondaire après avoir décrit un coude brutal!
Il faut chercher à droite pour suivre le parcours de la branche qui double le tronc principal.
Il faut chercher à droite pour suivre le parcours de la branche qui double le tronc principal.
P1020712.jpg (273.65 Kio) Consulté 3194 fois
Le refuge est en lisière de la forêt de Lande Pourrie. L'eau qui circule est beaucoup plus préservée des pollutions chimiques que celle des parcelles agricoles. Il faut certainement trouver là l'explication à la présence de la rare écrevisse à patte blanche (une population de 35 individus a été comptée il y a deux ans! )
Le lit des ruisseaux est clair : le grès est là; les écrevisses trouvent refuge sous les pierres des rives d'un ruisseau en lisière de forêt. Celui de la photo n'est qu'un "affluent" de ce ruisseau.
Le lit des ruisseaux est clair : le grès est là; les écrevisses trouvent refuge sous les pierres des rives d'un ruisseau en lisière de forêt. Celui de la photo n'est qu'un "affluent" de ce ruisseau.
P1020720.jpg (209.84 Kio) Consulté 3194 fois
Une tourbière bombée apporte une note de rareté supplémentaire. Le site est sous la responsabilité du Conservatoire des espaces naturels.
Les sphaignes constituent un bombement caractéristique.
Les sphaignes constituent un bombement caractéristique.
P1020715.jpg (408.73 Kio) Consulté 3194 fois
Les parcelles les plus humides sont pâturées par deux bovins Highland cattle.
Cette race rustique avait été "importée" par Thierry Lecomte au Marais Vernier menacé de fermeture par le développement de la saulaie.
Cette race rustique avait été "importée" par Thierry Lecomte au Marais Vernier menacé de fermeture par le développement de la saulaie.
P1020718.jpg (273.7 Kio) Consulté 3194 fois
Les bouses de ces bovins rustiques n'ont rien à voir avec celles de nos vaches laitières gavées de maïs et de graminées riches.
Bouse de boeuf d'Ecosse : apparemment plus sèche que celle des vaches normandes!
Bouse de boeuf d'Ecosse : apparemment plus sèche que celle des vaches normandes!
P1020714.jpg (279.04 Kio) Consulté 3194 fois

collette
Messages : 954
Inscription : 07 févr. 2006, 07:39
A remercié : 7 fois
A été remercié : 18 fois
Contact :

Re: Le réseau des refuges du GONm

Message par collette » 17 mars 2020, 10:35

373 - Autour de la carrière du Moulinet à Montigny/50
Confinement coronavirus oblige, un petit retour en arrière sur la visite du 22 février dernier restée anonyme sur le fil des refuges.
Le front de taille de la carrière de schistes donne à voir un phénomène discret : l'eau circule sous nos pieds, même dans les roches réputées pour être de piètres réservoirs d'eau souterraine. Les schistes sont fracturés et certaines de ces fissures sont comme de petits ruisseaux souterrains mis à nu. On imagine que cette eau mise à jour par l'exploitation de la roche aurait rejoint le ruisseau du Moulinet qui coule une centaine de mètres plus bas.
Le cône sombre sur le front de taille marque la zone des roches mouillées par le ruissellement.
Le cône sombre sur le front de taille marque la zone des roches mouillées par le ruissellement.
1.jpg (305.62 Kio) Consulté 2532 fois
Vues de près, des "mini cascades" s'échappent des fissures
Vues de près, des "mini cascades" s'échappent des fissures
2.jpg (377.29 Kio) Consulté 2532 fois
Une partie des terres de découverte a été régalée sur une parcelle voisine et plantée de jeunes arbres, jeunes plants qui ont bien du mal a résister à la dent des occupants du lieu! Entre chevreuils et rongeurs divers, les jeunes écorces sont recherchées... La couverture de prairie non exploitée sert de terrain protégé à tous les mulots et/ou campagnols du lieu, les nombreuses galeries le prouvent.
Galeries de micro mammifères sous la couverture herbacée de la déprise.
Galeries de micro mammifères sous la couverture herbacée de la déprise.
3.jpg (258.87 Kio) Consulté 2532 fois
Fin février, une châtaigne vieille de quelques mois est encore fraiche! Il est probable que vu son état de fraicheur, elle a passé l'hiver sous la végétation, peut-être stockée comme réserve avant d'être consommée à l'air libre. (Et si c'est le cas, ce n'est probablement pas celui qui l'a "rangée à l'abri" qui est venu la manger à l'air libre!)
Aussi fraîche qu'en automne, bien que le germe ait commencé à se développer!
Aussi fraîche qu'en automne, bien que le germe ait commencé à se développer!
4.jpg (391.63 Kio) Consulté 2532 fois
En limite du site, un beau chêne raconte une histoire.
Sur le tracé de l'ancien parcellaire, un chêne qui marquait l'entrée d'un champ comme on va le voir.
Sur le tracé de l'ancien parcellaire, un chêne qui marquait l'entrée d'un champ comme on va le voir.
5.jpg (246.69 Kio) Consulté 2532 fois
Non seulement, le tronc vient d'être blessé lors du passage de l'engin d'entretien, mais une plaie ancienne condamne l'arbre à plus ou moins long terme.
Anciennes ou récentes, les plaies traduisent des comportements peu respectueux des arbres du bocage.
Anciennes ou récentes, les plaies traduisent des comportements peu respectueux des arbres du bocage.
6.jpg (256.09 Kio) Consulté 2532 fois
L'observation fine de la plaie montre que des gonds de barrière sont inclus dans la plaie. Les deux sont visibles sur la photo précédente, en haut et en bas. En réalité, la grande blessure correspond à une entaille verticale qui avait été réalisée dans le tronc pour permettre de suspendre la barrière du champ.
Le gond supérieur est ici "enfoncé" dans la plaie: le bois a tenté de recouvrir la plaie en fabriquant un bourrelet de cicatrisation, mais pas assez vite pour empêcher les champignons parasites de s'installer... Le bois de coeur est déjà consommé par des insectes vu la quantité de débris accrochés dans les toiles d'araignée.
Le gond supérieur est ici "enfoncé" dans la plaie: le bois a tenté de recouvrir la plaie en fabriquant un bourrelet de cicatrisation, mais pas assez vite pour empêcher les champignons parasites de s'installer... Le bois de coeur est déjà consommé par des insectes vu la quantité de débris accrochés dans les toiles d'araignée.
7.jpg (338.39 Kio) Consulté 2532 fois

collette
Messages : 954
Inscription : 07 févr. 2006, 07:39
A remercié : 7 fois
A été remercié : 18 fois
Contact :

Re: Le réseau des refuges du GONm

Message par collette » 24 avr. 2020, 11:53

374 - nid fortifié et nid avec épines
Comme chaque année, un couple de mésanges charbonnières s'entête à nicher dans le tronc d'un ancien pommier en espalier retourné à la liberté de pousser comme bon lui semble. Sauf que l'ouverture de la cavité (ancienne branche de la palmette en U- le pommier a plus de 50 ans) est à moins d'un mètre de hauteur... Et donc chaque année il faut ressortir la protection ce qui finalement revient à planter un nichoir géant!
A.jpg
A.jpg (274.1 Kio) Consulté 1296 fois
En désherbant une plate bande de fleurs laissée à l'abandon depuis 2 ans... Sous les feuilles d'un gros pied d'hémérocalles, le hérisson a construit un nid en boule de feuilles mortes...d'hémérocalle. Et un second 10 m plus loin. Sous un autre hémérocalle.
P1020845.jpg
P1020845.jpg (341.07 Kio) Consulté 1294 fois
Petit plaisir économique! Ne pas tondre et laisser les myosotis "spontanés" aller au bout du cycle et porter des graines.
P1020847.jpg
P1020847.jpg (258.62 Kio) Consulté 1294 fois
Cadavre de jeune grive musicienne; vu les fourreaux, un bagueur peut il donner l'âge de cet immature et en déduire quand l'oeuf a été pondu? (cadavre frais du 18 avril)
D'après Alain Chartier, le jeune a environ 12 jours, soit une ponte aux alentours du 22 mars
D'après Alain Chartier, le jeune a environ 12 jours, soit une ponte aux alentours du 22 mars
P1020843.jpg (326.4 Kio) Consulté 1294 fois
Dernière modification par collette le 11 mai 2020, 13:52, modifié 1 fois.

Fabrice GALLIEN
Administrateur
Messages : 135
Inscription : 06 févr. 2006, 12:46
A été remercié : 6 fois
Contact :

Re: Le réseau des refuges du GONm

Message par Fabrice GALLIEN » 30 avr. 2020, 16:43

375-Cigogne
Depuis quelques années, la cigogne blanche niche sur le refuge (une vieille peupleraie, propriété familiale) de Bernard Lenormand à Corneville-sur-Risle, tout près de la réserve GONm (dont Bernard est le conservateur). Cette année, un couple de cigogne occupe de nouveau le nid habituel. Mais au moins un des individus a changé ! En effet, l'un des partenaires "historique" était bagué, ce n'est plus le cas aujourd'hui.
Bernard m'a également signalé la présence du pigeon colombin sur le refuge.
Pièces jointes
Cigogne.jpg

pgachet
Messages : 953
Inscription : 29 mai 2007, 22:39
A remercié : 1 fois
A été remercié : 3 fois
Contact :

Re: Le réseau des refuges du GONm

Message par pgachet » 09 mai 2020, 13:02

376-Des nouvelles du refuge de Sept-Vents/14

Fabienne Darrieutort gère avec attention son refuge de la Redentière à Sept-Vents près de Caumont-l'Eventé/14. Le terme de refuge n'est pas galvaudé car, là, trouve refuge plusieurs espèces de rapaces diurnes ou nocturnes et de nombreux passereaux qui ont un nombre impressionnant de nichoirs à disposition dans le beau verger proche de la maison d'habitation.
Fabienne nous livre quelques dernières nouvelles avec une devinette à la clé.

Quelques nouvelles sur l’activité des oiseaux au refuge, devine qui est venu nicher dans la lucarne de l’effraie ? La femelle a commencé à couver le 4 mai.

Du coup, le couple d’effraies s’est installé au grenier de la maison, je pense que la femelle est en train de couver car je ne la vois pas sortir à la tombée de la nuit et le mâle lui apporte des proies.

Question rapaces nocturnes : les chouettes chevêche et hulotte sont bien présentes au refuge et je crois qu’il y a eu reproduction dans les nichoirs mais je n’ai pas vérifié, je préfère les laisser tranquilles.

Toujours beaucoup d’oiseaux, pas besoin de mettre la musique.

Nouveauté : fin avril j’ai entendu une huppe fasciée pendant plusieurs jours, une fois très proche.


Merci Fabienne et bravo pour tous vos efforts au bénéfice des oiseaux.
Ouest-France_08_05_2020
Ouest-France_08_05_2020
IMG_1594.jpg (82.53 Kio) Consulté 845 fois

collette
Messages : 954
Inscription : 07 févr. 2006, 07:39
A remercié : 7 fois
A été remercié : 18 fois
Contact :

Re: Le réseau des refuges du GONm

Message par collette » 01 juil. 2020, 13:09

377 - Erable abattu, souche vivante au Montier
La cohabitationdu jardinier et de l'érable étant devenue impossible (voir message 111 sur ce fil page 12), l'érable avait été abattu en 2014. Depuis, de jeunes arbres continuent de pousser dans les plates bandes de vivaces!
abattage de l'érable sycomore
abattage de l'érable sycomore
1.jpg (239.13 Kio) Consulté 362 fois
La souche un peu surélevée est parfaite pour poser un abreuvoir-baignoire très fréquenté. Mais une vie souterraine continue d'habiter la souche, les champignons décomposeurs sont à l'oeuvre, certains apparaissant parfois à l'air libre.
Les déterminations sont dues à nos collègues Jacques Rivière et Jean-Pierre Louvet, merci à eux deux pour le partage de leurs connaissances mycologiques.
Xylaire polymorphe (juin 2017)
Xylaire polymorphe (juin 2017)
Ganoderma resinaceum (juillet 2017)
Ganoderma resinaceum (juillet 2017)
3.jpg (172.76 Kio) Consulté 362 fois
Flammulina velutipes (Novembre 2017)
Flammulina velutipes (Novembre 2017)
Cette année, la souche est régulièrement grattée par un mammifère nocturne, probablement le blaireau. C'est signe que d'autres "formes de vie" sont présentes dans le bois mort.
La souche de bois mort est déchiquetée en copeaux grossiers (printemps-été 2020)
La souche de bois mort est déchiquetée en copeaux grossiers (printemps-été 2020)
5.jpg (268.78 Kio) Consulté 362 fois
Mardi 30 juin, un rescapé de la fouille : une femelle de Lucane circule sur les copeaux!
femelle de Lucane cerf volant
femelle de Lucane cerf volant
6.jpg (290 Kio) Consulté 362 fois

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 12 invités